Prise en Main du KamLan 50mm F/1.1 Mk II

Kamlan 50mm f/1.1 Mk II
Kamlan 50mm f/1.1 Mk II

C’est l’histoire d’une tentation alimentée par la curiosité (je n’avais jamais entendu parlé de la marque auparavant). Celle de tester une optique qui se rapproche de l’ouverture “mythique” à f/1.0, d’un projet financé en mode Kickstarter à prix tout doux. Bon, à 176€ le risque était minime mais l’attente n’était pas énorme pour autant. Pensez donc ! Un objo sans AF, à ce prix là, qui plus est conçu et fabriqué en Chine … j’attendais de voir mais rien de comparable avec mes attentes de l’époque avec le Fujinon 90 f/2, qui reste mon objectif préféré chez Fuji.

Et pourtant ! On ne va pas se mentir, pour moi cet objectif est une surprise de taille, un ovni, une claque quoi ! Retour sur une prise en main comme je les aime.

Déballage : 1ère surprise

L’objectif est bien protégé dans un emballage qui fait pro. Au premier regard son allure métal est très agréable. Première surprise à la sortie de la boite : son poids ! Il semble massif pour sa taille; une chose est sure, c’est du costaud ! Le pare-soleil (tout métal également) installé, je monte l’objectif sur mon X-T2 et commence à jouer avec les bagues de mise au point et d’ouverture : oh le pied ! Elle sont dures, mais fluides et très précises, afin de compenser l’absence de crans présents sur mes autres objectifs Funinon. Franchement, j’adore cette sensation, l’impression de qualité est très présente et, vu l’absence d’auto-focus, c’est vraiment de très bon ton que la mise au point soit aussi précise et ne bouge pas une fois positionnée

Quelques données techniques afin de faire le tour de la bête :

  • Poids : 625g (248g pour la Version 1 !)
  • Longueur : 76mm (i.o 60mm)
  • Filtre : 62mm (52mm pour la version 1)
  • Diaphragme constitué de 11 lamelles (oui … 11 !)
  • Distance minimale de mise au point : 40 cm (50 cm pour la version 1)
  • Optique manuelle sans transmission des Exif
  • Seulement pour capteur APS-C, pas disponible pour capteur full-frame

11 lamelles qui font la différence

Sans conteste, pour moi l’information la plus importante est le nombre de lamelles du diaphragme. Pourquoi ? Tout simplement parce que plus un diaphragme est constitué de lamelles plus le trou qui laisse passer la lumière (quand le diaphragme est fermé) sera rond et plus le Bokeh sera beau car progressif. En effet à pleine ouverture, ainsi qu’à pleine “fermeture’, le diaphragme est parfaitement rond. Par contre, entre les deux, c’est là que se fait la différence.

Ainsi quand le diaphragme d’un objectif possède de nombreuses lamelles – généralement 9 –  le Bokeh reste beau, même quand on ferme le diaphragme. Alors 11 lamelles, voilà qui promet, sachant que l’Hélios 40 dont je parlais dans un article précédent en possède 10.

Mais ce n’est pas tout ! Plus le diaphragme d’un objectif possède de  lamelles et plus les sources lumineuses possèderont d’aigrettes, vous savez, ces effets sur les sources de lumières en ville, par exemple.

Le “Focus Peaking” tu activeras

Une fois l’objectif rapidement apprivoisé au niveau fonctionnement (une bague d’ouverture et une autre de mise au point, c’est vite vu), la 1ère chose à faire (après avoir évidemment mis le boitier en mode AF Manuel) est d’activer le Focus Peaking, cette fonction “magique” pour tout utilisateur d’un objectif en mode Manuel, qui permet d’ajouter un halo (de couleur blanche, rouge ou bleue) autour des parties de l’image qui sont “Focus”, c’est à dire dans la zone de netteté de la profondeur de champ.

Pourquoi cela ? On est d’accord, sur un paysage à F/8 ou au delà, lorsque la profondeur de champ est importante, cela ne présente pas vraiment d’intérêt. Mais à f/1.1 même sur capteur APS-C comme celui du X-T2 (qui correspond à une ouverture de f/1.7 sur un full-frame), voici quelques valeurs de profondeur de champ à 50 mm en fonction de la distance du sujet :

  • 40 cm (distance minimale de MaP du Kamlan 50 f/1.1 II) : 0,2 cm
  • 60 cm : 0,6 cm
  • 100 cm : 1,6 cm
  • 150 cm : 3,6 cm
  • 200 cm : 6,5 cm

Bref, autant dire que sur une prise de vue rapprochée ou sur un portrait, même si le viseur est de qualité, le Focus Peaking s’avère être très utile, voire d’une efficacité étonnante, comme vous le constaterez par la suite.

Sortie au marché

Bien, maintenant que les présentations sont faites, il me semblait que le plus important était évidemment de le tester en conditions réelles. Après quelques portraits en interne, l’occasion s’est présentée lors du marché dominical où j’ai décidé d’emporter le X-T2 monté du Kamlan 50 f/1.1 Mk II. Pour moi, au delà du test du Bokeh l’objectif était également de voir si l’utilisation d’un objectif manuel était compatible avec un reportage en mode street, c’est à dire dans des conditions où il faut relativement faire vite pour saisir l’instant ou une situation donnée. Auto ISO sur le range 1/250s – 1/3200s et c’est parti.

Poissonnière à son étalage (1/250s @ ISO 250)
Profondeur de Champ et Bokeh à f/1.1 (1/480s @ ISO 200)
Profondeur de Champ et Bokeh à f/5.6 ((1/250s @ ISO 2500)
Raisins (1/450s @ ISO 200)
Poissons (1/400s @ ISO 200)
Fumeur (1/250s @ ISO 400)
Moment de repos (1/250s @ ISO 250)
Fruits secs (1/400s @ ISO 200)
Bijoux (1/300s @ ISO 200)
Rempailleur (1/500s @ ISO 200)
“Kirikou” (1/250s @ ISO 250)
Etoffes (1/600s @ ISO 200)

Malgré le temps nuageux et une lumière moyenne, l’Auto ISO n’est pas monté au delà de 400 ISO et donc le bruit est inexistant. De plus je dois dire qu’au delà de la qualité du Bokeh, j’ai été assez bluffé par l’efficacité du Focus Peaking sur le X-T2. A tel point que je me suis retrouvé vraiment à l’aise à pouvoir shooter tout ce que j’avais envie sans vraiment me poser de questions : le mode Manuel me paraissait étonnamment “facile“, presque naturel. Ça donne le sentiment agréable d’être encore plus dans sa photo. Et par dessous tout, j’ai eu très peu de déchets de MaP. Bref, pour une première série de tests, j’ai été emballé.

Un petit tour au BHV

Du coup, direction le BHV, au rayon maquillage, parfums et pâtisseries de chefs, histoires de disposer d’éclairages et de couleurs sympas.

Aésop (1/250s @ ISO 250)
Vernis à Ongles (1/250s @ ISO 320)
Lancôme (1/320s @ ISO 250)
Guerlain (1/250s @ ISO 250)
Pâtisseries de Chef (1/250s @ ISO 250)
Pâtisseries de Chef (1/250s @ ISO 320)

Et pour finir

Quelques photos choisies parmi celles faites ici et là au hasard de mes pérégrinations dominicales, toujours dans l’objectif de tester le Bokeh, le piqué et la facilité d’utilisation du mode Manuel avec un X-T2.

Décors d’entrée de chez Nature & Découverte (1/250s @ ISO 800)
Levi’s (1/680s @ ISO 200)
Benedict (1/250s @ ISO 200)
Perchoir (1/250s @ ISO 250 ! )
Jouer de Harpe (1/850s @ ISO 200)
Mon Hamilton (1/200s @ ISO 3200 + ND4)
Hair (1/1100s @ ISO 200)

Conclusion

C’est peu dire que j’ai aimé utiliser cet objectif. Je ne sais pas si c’est parce que je n’en attendais rien de précis initialement, mais quand je vois le résultat je prends ça comme un cadeau. Contrairement aux “vieilles bouses” que j’ai et que j’utilise un peu comme on va au vide grenier de sa ville (c’est à dire une fois par an, mais avec plaisir !), le Kamlan 50 f/1.1 Mk II va prendre une place particulière dans ma besace. Pas certain pour autant qu’il sera de mes prochains voyages en mode roots (optimisation du sac oblige) mais c’est sur que pour de la street et pour du studio, il se positionne comme un concurrent de choix au 56 f/1.2 (utile en mode reportage de mariage, même si je n’aime pas son AF que je trouve en deçà de ses petits frères, notamment du 90 f/2).

Car à bien y réfléchir, entre un AF lent (dont on attend toujours plus que ce qui est raisonnable, et qui s’avère être souvent une source de déception) et un AF manuel dont on attend rien (si ce n’est une satisfaction personnelle quand on arrive à faire la MaP), je crois que je préfère désormais l‘AF manuel (avec le Focus Peaking) si j’en crois le plaisir que j’ai eu à l’utiliser durant cette prise en main. Cela reste à confirmer lors d’une sortie de nuit (notamment pour voir ce qu’il donne au niveau des aigrettes) mais je ne sais pas pourquoi, j’ai confiance ! 😉

Bien sur le Kamlan 50 f/1/1 Mk II n’est pas seul sur le créneau des objectifs ultra lumineux; Fuji ayant par exemple annoncé la sortie de son 50 f/1.0 pour les prochains mois, mais à quel prix et à quel poids (plus de 900g si je me souviens bien) ? Très loin des 200€ qu’il faut débourser pour ce Kamlan 50 f/1.1 Mk II (AF oblige notamment). Il n’en demeure pas moins qu’un objectif de cette qualité (tant optique que de fabrication) à ce prix, ça force le respect !

J’aime beaucoup :

  • La finition tout métal (mes Fujinon font un peu la gueule j’avoue ;p)
  • Les bagues de mise au point, dures, fluides (sans crans) mais précises
  • Le Bokeh tellement doux
  • La luminosité, qui permet de faire des photos sans bruits dans des endroits sombres comme une église
  • Le rapport poids / encombrement (ni trop lourd, ni trop encombrant, mais costaud)
  • Le nombre étonnamment faibles de photos dont j’ai raté la MaP (2 sur 70 !)

J’aime moins

  • L’absence de contacts électriques, empêchant la transmission d’informations Exif et notamment de l’ouverture.

EDIT du 26 octobre : quelques photos supplémentaires.

Tarte aux Prunes (1/250s @ ISO 1000)
Olives & Cie (1/850s @ ISO 200)
Rouges de chez Dior (1/250s @ ISO 640)
Dior J’adore (1/250s @ ISO 400)
Tissus (1/250s @ ISO 640)
Décorations de Nöel (1/250s @ ISO 2000)
Carnets (1/250s @ ISO 320)
Arts graphiques (/1250s @ ISO 1000)

5 thoughts on “Prise en Main du KamLan 50mm F/1.1 Mk II

    1. Bonjour Nadia,
      Pour le moment il n’est pas encore dispo sur Amazon mais ça ne devrait pas tarder je pense vu que la version 1 l’est.
      En attendant, vous pouvez toujours le commander directement sur le site de Kamlan en faisant bien attention au choix de la monture (Fuji X). Sinon il est également dispo aux US sur Adorama au même prix ($249, soit environ 226€).
      Pascal

  1. “Les bagues de mise au point, dures, fluides (sans crans) mais précises”
    Je comprends :
    – La bague de mise au point est fluide et dure, comme à l’accoutumé elle n’a pas de cran
    – La bague d’ouverture n’a pas de cran et est également fluide

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.