19 Janvier 2013

Alors comment dire … près de 4 ans 🙁 … soit 48 mois pendant lesquels je n’avais pas posté quoi que ce soit sur mon blog ! Bon, faut dire qu’il s’est passé beaucoup de choses dans ma vie perso entre temps avec un aller-retour en famille de presque 2 ans 1/2 sur Nantes qui m’a pas mal occupé, pendant lequel j’ai fait un peu moins de photo que prévu mais bon, c’est la vie comme on dit !

Pour ce retour, j’ai donc préparé une nouvelle mouture du blog. Je viens de migrer de DotClear vers WordPress, bien que j’étais globalement satisfait de DotClear. Cependant il faut bien avouer que WordPress présente une ergonomie supérieure et un nombre de thèmes et de plugins vraiment impressionnants. J’ai testé, et immédiatement je l’ai adopté. Voilà, ça c’est fait !

Ainsi, cette nouvelle version à deux objectifs :

  1. Constituer un point central à partir duquel il est possible d’aller vers ma galerie photo, qui elle aussi a changé depuis 4 ans puisque j’ai abandonné l’utilisation d’une galerie flash perso et le développement d’un site web pour aller chez Darqroom, véritable solution de qualité professionnelle où la photo est déposée une fois pour toute en grand format, prête à être tirée (puisque Darqroom est avant tout une plateforme de tirages photo).
  2. Pouvoir continuer à partager avec qui voudra mon activité, mes expériences et mes réflexions autour de ma passion qui, elle, n’a pas changée … la photographie. Je me rends compte également qu’écrire autour d’un thème donné permet d’apprécier les progrès effectués. En effet, même si j’avoue que relire les billets plusieurs années après a un côté nostalgique, cela permet non seulement de prendre du recul sur les évolutions de la photographie, mais également de confronter annonce marketing et utilisation sur le terrain.

Côté matériel plusieurs changements en 4 ans : je suis passé au 5D Mk II couplé à un 7D en 2011, avant de revendre le tout dès la sortie du 5D Mk III. Autant le dire tout de suite, ce dernier boitier est une réussite et comble les manques importants du 5D Mk II à savoir un autofocus digne de ce nom, la rafale, le silence du déclenchement et enfin un menu de paramètrage offrant nombre d’options permettant de configurer le boitier à son envie. La sensibilité progresse encore et il est désormais tout à fait possible de shooter à 6400 ISO et de faire un tirage A3+ d’excellente qualité, de quoi offrir de nouvelles possibilités et d’oublier encore un peu plus le trépied. Au final on obtient un boitier particulièrement homogène et polyvalent et en effet je ne lui trouve pas de point faible.

Cependant, un full-frame de 21 MegaPixels impose une contre-partie non négligeable : disposer d’objectifs de qualité ! Ainsi, mon Canon 17-40 f/4L USM dont j’étais très satisfait sur mon 1D Mk IIN (capteur x 1.3) et sur mon 7D (capteur x 1.6) est devenu mou sur les bords à pleine ouverture. Il faut donc fermer le diaphragme au minimum à f/6.3 pour commencer à récupérer du piqué sur les bords et c’est à f/8 qu’on retrouve la qualité digne de ce bel objectif.

Ainsi, on assiste depuis 2 ans à un remplacement progressif de la gamme des séries L de chez Canon, avec les versions II des anciens 16-35 f/2.8, 100 f/2.8 Macro (avec  au passage ajout de la stabilisation), 24-70 f/2.8 IS, 70-200 f/2.8 IS, 300 f/2.8 IS, 400 f/2.8 IS, 500 f/4 IS et 600 f/4 IS pour les plus connus mais d’autres sont également prévus.

Bref, la progression des capteurs actuels a été telle qu’ils en sont arrivés à pousser les objectifs dans leur derniers retranchements, même les meilleurs. Et c’est ainsi que les nouvelles optiques adoptent les dernières avancées en matières de formule optique et de traitement des lentilles et définissent ainsi les bases de la nouvelle référence.

Pour ma part, j’ai donc revendu mon fidèle 17-40 f/4L (3500 clichés au compteur) utilisé avec bonheur pendant 9 ans et que je ne pensais pas revendre si tôt. Je viens donc d’acquérir, après quelques hésitations, un Tamron SP 24-70mm F/2.8 Di VC USD, soit en clair le premier 24-70 à ouverture constante maximale f/2.8 stabilisé et surtout moitié moins cher que son équivalent non stabilisé chez Canon … rien que ça ! J’ai craqué après l’avoir testé et pris en mains en magasin. La construction est vraiment de qualité (Tamron a beaucoup progressé sur ce point) et les tests de piqué sur Internet le positionnent au niveau du nouveau Canon 24-70 f/4L IS USM, clairement au-dessus de l’ancien Canon 24-70 f/2.8L USM et un cran au-dessous du nouveau Canon 24-70 f/2.8L II USM (mais bon pour deux fois plus cher ça me parait être un minimum !). Mes premiers tests sont concluants et je suis pour l’instant très content de ce nouvel objectif. Pour me l’offrir j’ai du également revendre mon Canon 100 f/2.8 Macro USM, du fait que la saison ni s’y prête pas (il neige ce soir) et que je lorgne sur sa version II stabilisée dès qu’une bonne occasion se présentera … à moins que je ne parte sur le Canon 135 f/2 USM qui est une référence en matière de piqué. Je garde évidement mon fidèle 70-200 f/2.8 USM  ainsi que le 300 f/4 IS USM qui me satisfont toujours autant (du moins tant que que je n’aurais pas testé leur version II 😉 (encore dans les cartons de Canon pour le 300)).

A part cela, ce que je prévoyais en 2009 s’est révélé exact, à savoir que le passage d’un capteur 8 MP (1D Mk IIN) à des capteurs de 18 MP (7D), 21 MP (5D Mk II) et 22,3 MP (5D Mk III) m’a amené à remplacer mon iMac 24″ Core 2 Duo de 2008 par un iMac 27″ Core i7 3.4 GHz (version 2011) en version SSD et équipé de 16Go de RAM car LightRoom (actuellement en version 4.3) était vraiment à la peine ! Je passe ainsi de 20 secondes à 5 secondes pour générer un Jpeg à partir d’un RAW, mais c’est surtout dans le post-traitement que le confort est retrouvé vu que tout est instantané !

Avec ce beau matériel, après Venise cet été lors de nos vacances en Italie, j’y retourne 4 jours lors du carnaval en février, avec de belles photos à la clé j’espère, ainsi qu’un nouveau livre après Lumières de Venise. Car l’une des nouveautés marquantes de Lightroom v4 est l’apparition d’un module Livre particulièrement efficace (même si les options de mise en page sont nombreuses mais limitées par rapport au site en ligne), notamment parce que jusqu’au moment de la génération du livre on peut post-traiter les photos sans avoir à les générer avant de pouvoir les mettre en page pour en faire un livre : que de temps gagné ! Le résultat est vraiment excellent avec la finition que j’ai prise (Papier perlé, grand format), mais à environ 100€ – 120€ le livre (ça dépend du nombre de pages) ce n’est pas franchement donné.

Pour autant, voir ses photos dans un livre que l’on pose sur la table du salon ou dans la bibliothèque est franchement un résultat tout à fait appréciable, comparé au fait de réaliser des tirages (soit même ou pas, ce n’est pas la question) ou de visualiser ses photos sur un écran (même 27″ !).

Enfin, j’invite tout utilisateur de Lightroom v3 et précédente à passer sous la v4, le moteur de dérawtisation / dématricage ayant été vraiment amélioré notamment afin de récupérer des hautes lumières. Ainsi, des photos assez sensiblement sur-ex peuvent être récupérées afin d’obtenir un meilleur résultat qu’avec la v3. Cool n’est-ce pas ? Et je confirme que c’est vrai pour l’avoir testé.

Voilà pour aujourd’hui ! je vais donc maintenant m’efforcer de faire vivre cette série de « points de vue ».

Bonne et Heureuse Année 2013 à toutes et tous !

— Mise à jour du 29 janvier —
Et bien ça n’a pas tardé, j’ai trouvé un Canon 100 f/2.8 Macro IS USM d’occasion sur eBay mais en super état, proche du neuf et à 2/3 du prix du neuf. Une belle affaire ! J’ai hâte de l’essayer 😉

3 réflexions au sujet de « 19 Janvier 2013 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *