Du X-T1 au X-T2

Qu’apporte réellement le dernier né de Fuji, le X-T2, face à son prédécesseur, le X-T1 ? J’ai voulu en avoir le coeur net en me basant sur des photos réalisées en conditions réelles et non dans un labo.

Après 1 an et demi d’utilisation et près de 36.000 photos réalisées je crois pouvoir dire que je commence à maîtriser le Fuji X-T1. En fait, ce que je veux dire par là c’est que j’ai globalement un peu de recul sur ses forces et ses faiblesses. De ce fait, lorsque je shoote, j’ai appris à composer avec ses faiblesses afin de les oublier et de me concentrer sur mon sujet du moment, mais surtout je prends toujours un plaisir fou à l’utiliser; et lorsque je mets l’oeil dans le viseur je me sens vraiment chez moi, même si, objectivement, il m’a fallu quelques « échecs » et un peu de temps avant d’en arriver là. Mais on a rien sans rien … n’est-ce pas ? 😉

Je ne suis pas un fan par nature, je n’ai jamais eu de poster de star de musique ou de sport dans ma chambre quand j’étais plus jeune, car j’ai toujours détesté l’idée de vivre ma vie au travers d’une autre personne. De là à « me battre » pour du matériel sur les forums ou les réseau sociaux, l’idée n’est même pas envisageable. Par contre j’aime l’échange, je dis ce que je pense, mais quand j’ai en face de moi un fan boy alors je passe rapidement mon chemin. Chacun ses luttes après tout …

En fait, je suis un passionné dans l’âme et quand j’aime, je le dis haut (et parfois trop fort) mais surtout j’essaye d’étayer pourquoi. Lorsque cela est factuel c’est relativement aisé, il suffit d’avancer des faits; mais quand cela est subjectif (et le rapport qu’à un photographe avec son boitier détient une partie de subjectivité), cela devient plus difficile à partager. Je vais donc tenter de vous faire part ici de mon retour sur le nouveau né de Fuji, le bien-nommé X-T2, maintenant que j’ai réalisé mon dernier mariage de la saison avec, tout en continuant d’utiliser mon X-T1 en parallèle, et ce pour 3 raisons :

  1. Ayant revendu mon 2ème X-T1 au moment de l’achat du X-T2, ce sont mes seuls boitiers; or en mariage j’utilise toujours deux boitiers :
    • pour des raisons de facilité, le premier est monté avec le Fujinon XF-16 f/1.4 WR, le deuxième est monté avec le Fujinon XF-56 f/1.2
    • pour des raisons de sécurité, il m’est impossible d’imaginer couvrir un mariage qu’avec un seul boiter. S’il venait à tomber en panne, ce serait une catastrophe pour mes clients et vraiment pas professionnel de ma part.
  2. Ne maîtrisant pas encore le X-T2 comme je maîtrise le X-T1, il était évident pour moi que je n’allais pas me lancer dans une telle prestation « à l’aveugle ». Il m’est déjà arrivé cette année une mésaventure désagréable suite à un changement de mode d’utilisation du X-T1 et j’ai retenu la leçon …
  3. Enfin, c’était l’occasion idéale de comparer les deux boitiers dans des conditions réelles d’une prestation et non juste pour un test « labo », chose qui ne m’intéresse que très peu en vérité.

Retours sur le X-T1

Ne vous affolez pas, je ne vais pas vous refaire ici une n-ième présentation du X-T1, mais plus commencer par vous faire une sorte de « J’aime / J’aime pas » de ce boitier, ce qui me permettra ensuite d’introduire les évolutions (que j’espère positives 😉 ) apportées par le X-T2.

Dans la série des « J’aime » sur le X-T1 j’appelle :

  • La dynamique du capteur X-Trans II : pour moi c’est vraiment, vraiment, vraiment (j’insiste ! 😉 ) le point essentiel qui m’a fait passer chez Fuji. C’est quoi la dynamique et comment peut-on la matérialiser concrètement ? Très simplement, la dynamique c’est la capacité du capteur à enregistrer une image avec à la fois des tons noirs et des hautes lumières. Plus elle est importante, et plus vous aurez des images avec de l’information. Pour le vérifier il suffit, par exemple, de faire un lever ou un coucher de soleil (j’en reparle ci-dessous)
  • L’histogramme « temps réel » : avec la dynamique du capteur, c’est pour moi l’autre révolution majeure apportée par le X-T1 (en fait par tous les systèmes hybrides) à ce que je connaissais avant. Le fait d’avoir l’exposition réelle et de voir son image telle qu’elle serait au final est un confort absolu. Fini les sous-ex ou les sur-ex dans les conditions de lumière un peu compliquée. On fait en sorte que la photo ne soit jamais trop sur-ex est on est certain en retour d’avoir la dynamique suffisante pour faire apparaître, lors du post-traitement, les informations dans les tons sombres.
  • Le viseur EVF (électronique) est, pour moi, proche de la perfection. J’avais pourtant précédemment un Canon 5D MkIII que j’appréciais notamment pour son viseur, mais le jour où j’ai mis mon oeil dans celui du X-T1 je suis tombé sur le cul. Certains n’aiment pas (mais je ne sais toujours pas ce qu’ils lui reprochent), moi j’adore.
  • L’approche « 1 fonction <-> 1 bouton », qui me fait tant penser à mon « regretté » Minolta 600 Si avec lequel j’ai vraiment démarré sérieusement la photo argentique.
  • Le plaisir (et je choisis volontairement ce mot) de gérer le diaphragme via une bague sur l’objectif. Là je vous l’accorde, on est dans le domaine du subjectif, mais chez moi ça a été encore plus loin : d’une part ça a fait évoluer mon rapport à la photo dans le sens où j’ai la sensation d’être davantage un acteur de mon image, d’être vraiment dedans (ce n’est sûrement pas le seul facteur mais un ensemble d’éléments qui fait que « la sauce a pris chez moi »); d’autre part, et c’est sûrement très con, mais ça me provoque encore plus de plaisir de shooter qu’avant … allez comprendre !
  • Le poids de l’ensemble boitier + objectif (même si les belles optiques ne sont pas non plus trop légère) par rapport à l’équivalent sur un reflex : au final sur une journée de mariage ou de randonnée, on sent clairement la différence !

Avant de poursuivre par les « J’aime pas« , laissez-moi vous montrer/rappeler la « magie » de la dynamique et de la qualité d’image du Fuji X-T1 au travers d’un exemple très concret : le lever de soleil, exercice pas évident (et moment de la journée que je préfère).

Considérons la photo suivante, réalisée en RAW et exposée correctement via l’histogramme de manière à ce que les hautes lumières ne soient pas brulées (seul le soleil est légèrement brulé, comme le montre l’histogramme) mais cela reste récupérable sans soucis.

Noirmoutier
Lever de Soleil – Plage des Dames à Noirmoutier – Image brute de capteur

Fort logiquement l’image résultante est très sombre mais c’est volontaire afin de limiter d’avoir des zones sur-exposées; et c’est dans Adobe Lightroom Photoshop (ou tout autre derawtiseur supportant le format RAF) que la magie opère :  il suffit de pousser les tons sombres et de baisser les hautes lumières et … l’image apparait comme par enchantement mais surtout sans banding, ce qui n’est pas toujours le cas avec le 5D Mark III, rendant l’image inexploitable (cf. ci-après).

Noirmoutier
Lever de Soleil – Plage des Dames à Noirmoutier – Image après Post-traitement

Et regardez l’évolution des couleurs à partir du centre du soleil : c’est progressif, sans abbérations chromatique, sans couleurs bizarres, c’est super propre et les branches des arbres sont éclairées correctement (les quelques flares ne sont pas du fait du capteur mais de l’objectif).

Le même exercice réalisé avec un Canon 5D MkIII (désolé, j’ai pas mis 4000€ dans un 5D Mark IV juste pour le test 😉 )  et comparez-vous même : c’est assez parlant.

Le Teich
Lever de Soleil sur le Domaine de Fleury au Teich – Image brute de capteur

Après application du même type de post-traitement on obtient l’image suivante :

Le Teich
Lever de Soleil sur le Domaine de Fleury au Teich – Image après Post-traitement

Le résultat est très proche de l’ambiance matinale réelle et à première vue je pourrais être satisfait; si ce n’est que si l’on regarde d’un peu plus près la zone des arbustes sur la gauche on obtient ceci (cliquez sur la photo pour l’afficher en grand):

Apparition du banding vertical dans les zones sombres
Apparition du banding vertical dans les zones sombres

Soyons honnête : ce banding n’apparaît que dans certaines situations et j’irais même jusqu’à dire que globalement j’ai vraiment aimé travailler avec mon 5D Mk III pendant près de 3 ans; mais ça c’était avant … et lorsque le banding apparaît, il n’y a pas grand chose à faire pour corriger le problème … si ce n’est supprimer l’image.

Ah, j’entends d’ici quelques esprits chagrins me demander si « on peut voir ce que ça donne si on fait un zoom sur la partie sombre de l’image du issue du X-T1 ? » 😉 …  Mais tout à fait !

Zoom 100%
Zoom 100%

Passons maintenant à la série des « J’aime pas« , avec lesquels j’ai appris à faire avec jusqu’ici :

  • L’auto-focus … on peut le tourner dans tous les sens, pour moi l’AF est LE point noir du X-T1 , même après la mise à jour du FW 4.x qui a pourtant apporté pas mal d’améliorations plus que sensibles à ce niveau ! Relativisons toutefois car cela n’empêche pas de faire des photos, loin de là ! Mais il est essentiel de savoir déterminer le moment où on sort de sa zone de confort pour éviter les mauvaises surprises et, par conséquent, apprendre à anticiper ! Pour résumer, l’AF n’est pas mauvais, mais il n’est pas au niveau du boitier, c’est tout. Ce qui est clair c’est qu’en venant d’un reflex tels que le 5D Mk III ou le 7D MkII (que j’ai toujours pour l’animalier), ça ne passe pas inaperçu. Après, tout dépend des photos que l’on réalise: les besoins à ce niveau ne sont pas les mêmes, que l’on soit en Architecture, en Street ou en Mariage. Une fois qu’on s’y est fait, on shoote en sachant pertinemment qu’il va falloir anticiper un peu dans certain moment.
  • Le « Mode C » … ce mode continu n’est pas fiable en ce qui me concerne et il n’en fait parfois « qu’à sa tête ». J’étais parti avec la configuration mettant le boitier constamment en « Mode C » (Continu) puis permettant de basculer instantanément en « Mode S » (Single-Shoot), via le bouton AF-Lock, mais j’ai eu un taux de déchet anormal de mise au point (point de focus décalé) et j’ai donc vite abandonné ce fonctionnement … avec regret, car c’est vraiment très pratique. C’est donc l’un des points que je vais rapidement tester sur le X-T2, en espérant une bonne surprise.
  • Le slot « SD card » unique : lorsque l’on est en reportage (c’est le cas d’un mariage) il n’y a rien de plus pénible que de voir s’afficher le message « Mémoire pleine » en pleine action, et quand ça intervient à un moment clé du mariage … c’est carton rouge. Or, je ne passe pas mon temps à vérifier le nombre de photos disponibles sur la carte SD. Ca m’arrive mais pas tout le temps.
  • Les Menus : j’avoue que, personnellement, j’ai mis un peu de temps à m’y retrouver en venant du Canon 5D MkIII, mais on y arrive avec le temps (heureusement !)
  • La qualité de fabrication. Mes X-T1 voient du terrain, c’est certain. Sur un mariage je suis parfois allongé ou je cours. Bien qu’équipé d’un harnais Holdfast  (mon meilleur achat photo) les boitiers se cognent ici et là, prennent la pluie ou ma transpiration, comme lors de ce dernier mariage fin Août où j’ai passé la journée sous minimum 35°C. Sauf qu’en début de soirée, « vl’a t’y pas » que le revêtement du grip commence à se décoller … Ca fait tout drôle, je vous le garantie ! Une histoire de colle devant respecter la législation européenne si j’ai bien compris … Peut-être mais ça reste inadmissible. Un coup de colle extra forte et c’est reparti mais ça la fout mal quand même … d’autant plus que nous sommes plusieurs a avoir rencontré ce problème.
  • Les boutons du trèfle. Ils sont trop petits, trop plats et les ayant affectés au changement de collimateur ils sont encore parfois pénibles à trouver, même si cela est devenu plus rare avec le temps.
  • La gestion de la batterie. Alors ça, autant dire que c’est le genre de surprise dont on se passerait au départ. En gros, lorsque le premier cran (sur 3) de la batterie s’éteint, il ne te reste plus que 30% de puissance, puis 10% avec le deuxième cran et rapidement ça part en « Mayday ! Mayday ! Comme ça, en pleine paix, sans prévenir … Du coup j’ai toujours à minima une batterie sur moi (parmi les 7 dont je dispose) lorsque je suis en prestation. Bon … on s’y fait quand même.

Bref, on le voit, le X-T1 est un très beau boitier, qui permet de faire de belles images, mais il est loin d’être exempt de défauts, défauts liés plutôt à sa jeunesse qu’à des erreurs de conceptions rédhibitoires. Car il faut être honnête et je ne cracherai pas dans la soupe : l’expérience X-T1 restera pour moi synonyme d’abandon réussi du monde des reflex, des boitiers coûtant plus du double et pesant 1 tonne (surtout le matin au réveil … ).

Déballage du X-T2

Je suis parti chercher mon X-T2 un mardi soir, mais ayant un mariage à post-traiter, je n’ai vraiment eu l’occasion de faire rapidement joujou avec que quelques jours après. Je l’ai donc juste déballé, mis l’oeil dans le viseur et regardé les menus et ma première impression fut positive : la prise en main est vraiment agréable, à première vue la finition (grip notamment) semble meilleure, la trappe d’accès aux cartes SD fait moins « cheap », bref quelques indices donnant à penser qu’il a est plus robuste, ce qui reste évidemment à confirmer dans le temps … Points importants : d’une part les molettes sont plus dures à tourner et surtout elles sont devenues verrouillables ! D’autres part, l’arrivée du joystick est franchement la bienvenue, même si la possibilité de switcher de manière continue entre une position donnée et le centre par un simple appui n’est pas encore présente (un ajout à apporter lors d’un prochain firmware ?)  Pour le moment, un appui ramène au centre et c’est tout. Quant aux menus, je les trouve plus visuels que sur le X-T1 et donc plus faciles et agréables à lire, la définition du LCD ayant été améliorée et la police d’affichage changée. Mon premier constat est donc que c’est appréciable de voir un constructeur écouter ses clients et corriger ses erreurs …

Avec le X-T2 j’ai acheté la poignée grip permettant d’y loger 2 batteries, portant à 3 le nombre de batteries sur le boitier (ce qui est très confortable en Mariage) et apportant un boost supplémentaire au boitier si nécessaire, en termes de réactivité et de rafale (au détriment d’une consommation supérieure mais comme c’est actionnable au besoin via un bouton dédié à cet effet (genre post-combustion sur un avion de chasse, type Lockheed SR-71 Blackbird :p ) c’est parfait pour moi et réellement très efficace.

Première prise en main de l’AF. Ca semble réactif mais pour le moment je me garde de tout avis, n’étant pas rentré dans le menu de paramétrage de l’AF qui s’est considérablement enrichi par rapport au X-T1. En effet, puisque désormais, à la manière de ce que Canon propose déjà sur son 5D Mk III, on peut doit préciser au boitier les conditions dans lequel on l’utilise afin de lui permettre d’être plus efficace au niveau de l’AF et de réagir en conséquence. Reste qu’il faut prendre en mains ce genre de paramétrage et que des tests vont s’avérer nécessaires afin de connaître la plage d’utilisation et les limites de chaque option. Ca tombe bien, un mariage présente de multiples occasions de tester les différents cas de figure dans des conditions de lumières qui évoluent tout au long de la journée … 😉

Retour terrain

L’objectif de mon test terrain est de comparer le X-T2 par rapport au X-T1 dans les mêmes conditions exigeantes, à savoir sur un mariage. Oui, j’ai bien dit exigeante, car pour ceux qui pensent qu’un mariage c’est uniquement des photos posées gentiment à la sortie de la mairie ou de l’église, je vous invite à en rediscuter ensemble 😉

Ainsi le cahier des charges de ce test porte sur les points suivants:

  • L’AF en lumière naturelle mais également en basse lumière (à l’église ou en soirée),
  • Le « Mode C » en configuration AF-Lock (bascule en Mode S tant qu’on maintient l’appui sur le bouton),
  • Le nouveau mode d’exposition Multi (vs pondérée centrale que j’utilise 99% du temps)
  • La réactivité au déclenchement
  • La montée dans les ISO (notamment à 12800 car j’utilise mon X-T1 jusqu’à 6400)
  • La gestion du bruit lorsque l’on monte les tons sombres
  • La gestion de la batterie.

J’ai donc couvert le mariage d’Amélie & Eric samedi dernier, puis nous avons passé la journée de lundi à Paris pour une grosse session de couple à Paris dans différents lieux qui leur plaisaient. J’en ressors avec 3300 photos réalisées, dont environ 2000 avec le X-T2, une grosse charge de travail derrière ainsi que des réponses à la majeure partie des questions que je me posais …

Avant tout, je précise que le ressenti que je partage aujourd’hui avec vous factuellement est en rapport avec mes besoins propres et l’utilisation que je fais du X-T2. Il est essentiel de garder ce point à l’esprit, ce retour d’expérience n’ayant pas la prétention d’être la vérité absolue pour tous; c’est juste la mienne et elle vaut ce qu’elle vaut 😉 Partant de là, voici ce que je pense de cette 1ère expérience :

  • L’AF en lumière naturelle est VRAIMENT performant, ce n’est pas une surprise en soit mais ça fait plaisir à constater quand même concrètement. Je ne l’ai pas customisé pour une utilisation précise, je suis resté sur le paramétrage « général » et quelque soit le mode AF (Point Unique, Zone et Large / Suivi) j’ai trouvé les résultats très convaincants. Par contre, même s’il y a globalement du mieux en basse lumière, dans certaines situations (avec un collimateur réduit au minimum car je voulais maintenir la MaP à un endroit précis) il est arrivé que l’AF patine légèrement voire se rate. Pas rédhibitoire pour moi car sur ce type de photos (couple dans une allée ombragée) j’ai le temps de (re)faire ma mise au point. C’est peut être à cet instant qu’il faut rentrer dans le paramétrage plus fin de l’AF…
  • Le nouveau mode d’exposition Multi est vraiment une très bonne surprise; il permet d’éviter des variations brutales d’exposition. J’ai vraiment apprécié l’utiliser.
  • La réactivité au déclenchement est vraiment un GROS cran au dessus de celle du X-T1. En guise de confort et de « gain de temps » pour préparer la photo suivante c’est très agréable à l’usage. Ce point est essentiel pour moi en mariage, dès lors qu’on cherche à capturer l’instant (que je me garderais de qualifier de « décisif », chacun sa voie … 🙂 ) et donc à multiplier plusieurs prises (sans être constamment en rafale, loin de là) sur un instant précis, comme par exemple l’échange des alliances, un baiser un regard …
  • La montée dans les ISO … me croirez vous si je vous dis que je suis sur le cul ? 😉 Parce qu’à 12800 ISO, je trouve que le résultat est vraiment très propre ! A ce moment précis je m’attends à ce que vous me demandiez quelques « preuves » de ce que j’avance et c’est bien normal ! J’ai donc réalisé des captures d’écran de photos non post-traitées en affichage « normal » puis à 100% et j’ai comparé les deux boitiers à 6400 ISO, avec et sans réduction de bruit (Noise Reduction). Enfin, je suis monté à 12800 sur le X-T2 :

XT1 vs XT2 @ 6400 ISO :

X-T1-6400
X-T1-6400
X-T2-6400
X-T2-6400

XT1 vs XT2 @ 6400 ISO-Zoom 100% :

X-T1-6400-100%
X-T1-6400-100%
X-T2-6400-100%
X-T2-6400-100%

XT1 vs XT2 @ 6400 ISO – Zoom 100% – Noise Reduction :

X-T1-6400-100%-Noise Reduction
X-T1-6400-100%-Noise Reduction
X-T2-6400-100%-Noise Reduction
X-T2-6400-100%-Noise Reduction

Maintenant, qu’est-ce que ça donne à 12800 ISO  sur le X-T2 ?

X-T2-12800
X-T2-12800
X-T2-12800-100%
X-T2-12800-100%
X-T2-12800-100%-Noise Reduction
X-T2-12800-100%-Noise Reduction

Bien … on est d’accord n’est-ce pas ? C’est assez bluffant, non ?

  • La montée dans les tons sombres : l’idée est de voir comme le bruit est géré lorsque l’ont éclaircit une photo et que l’on pousse le curseur des tons sombres dans Lightroom.  La réponse en 3 photos qui parlent d’elles-même :
Photo sous-exposée
Photo sous-exposée
Correction de la tonalité
Correction de la tonalité
Correction de la tonalité - Zoom 100%
Correction de la tonalité – Zoom 100%

Bon OK, je vous vois venir et me dire « Pascal, ton test précédent est fait à 320 ISO, j’aimerais plutôt voir ce que ça donne avec une photo réalisée à une sensibilité plus forte ». OK, OK … :

Photo sous-exposée - 2500 ISO
Photo sous-exposée – 2500 ISO
Après correction de la tonalité
Après correction de la tonalité
Zoom 100%
Zoom 100%
Zoom 100% - Noise Reduction
Zoom 100% – Noise Reduction

Me voilà rassuré sur la montée dans les ISO du X-T2 avec son capteur 24 Mpx, point sur lequel j’avais lu ici et là quelques interrogations.

  • La gestion de la batterie, qui est l’un des sujets qui a fait couler beaucoup d’encre en son temps par rapport au X-T1. Et bien désormais, la surprise d’avoir une batterie qui passe de 2 barres à 1 puis qui s’éteint en l’espace de 5 mn est désormais du passé. C’est quand même très appréciable et ce défaut a bien été corrigé. De plus, l’utilisation du Grip (que je trouve pour ma part indispensable pour l’autonomie générale et la prise en main avec mes grandes paluches) rend vraiment serein sur la batterie disponible. En effet, avec 3 batteries intégrées (1 dans le boitier et 2 dans le grip)  on a de quoi voir venir. De plus, chaque batterie dispose de son propre indicateur de charge et l’on sait ainsi à chaque instant où on en est.
  • Par contre, je n’ai pas pris le temps de tester le « Mode C » avec Lock. Je le ferai prochainement et tranquillement.

Ces petits détails qui facilitent la vie …

Avant d’attaquer la conclusion, il me semble essentiel de revenir sur les « petites » améliorations fonctionnelles et ergonomiques apportées par le X-T2, qui peuvent sembler anodines mais qui simplifient vraiment la vie :

  • En premier lieu, l’arrivée du joystick a comme effet de bord de « libérer » les pétales du trèfle (dit comme ça c’est beau non ? 😉 ). En effet, sur le X-T1, afin de pouvoir bouger rapidement le/les collimateur(s) de mise au point, il est presque indispensable d’utiliser les quatre boutons du trèfle. Du coup, sur le X-T2, ces derniers peuvent être paramétrés pour vraiment servir de boutons de raccourcis. Pour ma part, voici ma configuration (vos suggestions sont les bienvenues) :
    • Bouton du haut : changement du mode d’AF (Point Unique, Zone, Large/Suivi)
    • Bouton de droite : changement du mode auto-ISO (j’y reviens juste après)
    • Bouton du bas : activation/désactivation de la détection de visage.
    • Bouton de gauche : changement de l’affichage de l’exposition et de la balance des blancs en mode manuel (utile lorsque l’on passe en exposition manuelle)
  • Gestion de l’auto-ISO : l’auto-ISO est une fonction très appréciable dès lorsque l’on peut lui préciser la zone de fonctionnement (ISO mini, ISO maxi, et temps de pose maxi), ce qui est déjà possible sur le X-T1. Là, le petit plus consiste à pouvoir gérer 3 modes auto-ISO, ce qui est très pratique pour s’adapter à des conditions de lumière ou à la focale  d’un objectif (influençant le temps pose maximal recommandé afin d’éviter un flou de bougé). Je bascule entre les modes ISO rapidement grâce au bouton de droite du trèfle (cf. ci-dessus).
  • La position C de la molette de correction d’exposition : juste ce que j’attendais ! En gros, dans cette position, on peut faire varier la correction d’exposition entre -5 et +5 IL avec la molette de commande avant, et ce quel que soit le mode de prise de vue (S, A ou M … oui je sais, je ne mentionne pas le mode P mais pour moi il n’existe pas vu que je ne l’utilise jamais … mais ça marche aussi en mode P)
  • Le zoom de mise au point : ce dernier est désormais directement accessible en appuyant sur la molette de commande arrière.

Et pour conclure …

Pour ceux qui ont eu la patience (et le courage ? 😉 ) de lire jusqu’ici , que penser de ce X-T2 au final ? Est-ce qu’il vaut vraiment la peine ? Est-ce qu’il faut attendre qu’il baisse ou faut-il craquer immédiatement ? Va-t-il révolutionner votre approche de la photo ? Le jeu en vaut-il la chandelle (et le coût) si on a possède déjà un X-T1 ?

Sans ambiguïté et objectivement, si on ne peut pas parler de révolution entre les deux modèles, le X-T2 apporte un ensemble de petits plus tout à fait appréciables pour se sentir complètement à l’aise avec et combler les lacunes du X-T1, points que j’ai pu aisément constater lors du dernier mariage.

Ainsi, et je me répète, on sent vraiment que Fuji a entendu ses clients et a fait en sorte de concevoir un boitier abouti, réactif, vraiment fonctionnel et ergonomique car pensé pour passer moins de temps à le manipuler au bénéfice de celui à consacrer à son sujet. Pour faire court, quelles que soient les situations ou le type de moment à shooter, on sait qu’il va répondre présent et c’est vraiment agréable.

La dernière interrogation qu’il me reste porte sur sa robustesse, rapport aux soucis de fabrication du X-T1 et à son usure prématurée (grip qui se décolle, trappe de card SD qui s’ouvre, etc.). Seul le temps apportera la réponse mais, à première vue, la finition du X-T2 semble un cran au dessus par rapport à celle du X-T1. C’est du moins l’impression que j’ai eu lors de sa prise en main et après avoir passé shooté 2000 photos avec.

Le sentiment général qui prédomine, de mon point de vue, est qu’avec le X-T2 on a entre les mains une « évolution attendue » du X-T1 sans que ce soit pour autant un « saut générationnel ». Ca me parait logique car le X-T1 reste un très bon boitier. Du coup, cette évolution est-elle essentielle pour vous ? Là, comme toujours dans le choix d’un boitier, tout dépend de votre utilisation, du type de photos que vous faites et de votre budget :

  • Profil #1 : si vous disposez déjà d’un X-T1 et que vous avez l’habitude de faire avec ses forces et ses faiblesses et/ou que votre utilisation ne nécessite pas principalement un AF réactif (par exemple pour du portrait, du studio ou de l’architecture), que vous n’êtes pas constamment bloqué sur le mode CF (rafale haute vitesse) il n’y a pas d’urgence en la matière, le X-T1 va continuer à faire le job en attendant une baisse du X-T2 d’ici quelques mois; du coup, si vous optez dès aujourd’hui pour le passage au X-T2 ce sera plus du domaine du confort et du plaisir afin d’avoir un boitier up-to-date.
  • Profil #2 : si votre principal reproche vis à vis du X-T1 porte sur l’AF et la réactivité de part votre utilisation principale, alors le passage au X-T2 semble une évidence. Par exemple, pour ma part, il n’est pas envisageable d’utiliser le X-T1 pour de l’animalier sachant que j’affectionne les oiseaux en vol, même si ça reste possible (mais le taux de déchets doit être assez important à mon avis). J’ai donc gardé mon Canon 7DMkII monté d’un Tamron 150-600 pour ce type de photo. Désormais, à la focale près et avec un objectif comme le XF 100-400, le X-T2 me semble tout à fait apte à jouer dans cette catégorie.
  • Profil #3 : si vous pensiez switcher d’un reflex vers un hybride mirrorless, alors le X-T2 vous facilitera la tâche de part ses améliorations fonctionnelles et ergonomiques bien senties et du fait que l’AF est enfin digne de ce nom dans toutes les situations.

En ce qui me concerne, j’estime me situer sur un ratio « 80% de Profil #1 » / « 20% du Profil #2 », à savoir qu’il n’y avait pas d’urgence immédiate (c’était prévu fin de l’année) mais la tentation fut grande d’avoir un boitier encore plus réactif  afin de le tester sur mon dernier mariage de la saison et être prêt pour la saison prochaine.

Et vous ? Dans quel profil vous reconnaissez-vous ?

Publié par

Pascal Bénard

Pascal Bénard

Venu à la photo au travers de la Nature (animalier, macro, paysage) je découvre au fil du temps le portrait, l'architecture, le reportage et la street. Amoureux de Venise et des lieux où il règne une atmosphère chargée d'Histoire, je suis également attiré par les lumières des villes modernes, comme New York. Après plusieurs expériences réussies dans les domaines du Corporate et du Mariage, je franchis le cap et me lance en tant que Pro en mai 2014. J'ai créé ce blog afin de partager mes retours expériences, mes coups de coeur et mon travail.

26 réflexions au sujet de « Du X-T1 au X-T2 »

  1. Bravo pour cet article très détaillé. Pour ma part je suis en cours de switch d’un Canon 6D vers un x pro2. Que dire? tout d’abord le 6D sort de moins en moins des étagères. Le Xpro2 me procure un réel plaisir au niveau de la prise de vue. Dans ton article j’ai retrouvé beaucoup des points de satisfaction comme d’ailleurs quelques reproches. Quant à la qualité d’image et à la montée en ISO: même constat, c’est bluffant!

  2. Merci beaucoup pour ce review hyper complet.
    Pour ma part, je cherchais avant tout un boîtier voyage (j’en avais marre de me trimballer mon Nikon D800), compact, avec de bons JPEG (traiter les raws de ses photos de vacances bof) mais qui avaient toutes les fonctionnalités pro (le téléphone reste encore limité). J’avais d’abord acheté le Sony rx100 mk3 mais à l’usage, je n’étais vraiment pas à l’aise, du coup je l’ai revendu. Et puis là, j’ai découvert le X-t2 qui remplit toutes mes conditions mais à niveau de prix assez élevé. SAUF QUE, je cherchais également un boîtier back-up pour mes mariages. Si le x-t2 pouvait tenir le coup en reportage de mariage alors mes hésitations partiraient.
    Avec cette reviews, j’ai les réponses à mes questions. Un boitîers pour combler mes 2 besoins.
    Je ne sais pas encore comment le rendu va différer entre le xt-2 et mon D800 mais je me dis que je trouverais bien le moyen d’homogénéiser le rendu. Par exemple, en n’utilisant le fuji que pour certains moments (attentes, cocktails, photos de couple) et le D800 pour d’autres. D’ailleurs si vous avez des conseils je suis tout ouïe.

    Encore merci pour ce post.
    David

    1. Merci David.
      Avant d’utiliser le X-T2 j’utilisais le X-T1 sans trop de soucis sur du mariage, surtout après m’être habitué à ses lacunes. Je continue d’ailleurs car pour 80% des photos d’un mariage le X-T1 est très opérationnel. Ainsi, ses zones de confort restent nombreuse. :
      – Les préparatifs des mariés
      – La mairie
      – Le cérémonie en plein air
      – Les photos de couple
      – Le cocktail
      – La soirée (avec flash, voire mieux avec un Cactus V6 II permettant du faire du HSS même si le boitier ne le supporte pas)

      Quant au X-T2, il est à l’aise partout et notamment là où le X-T1 peut être un peu limite :
      – Eglise (ou lieu de culte peu éclairé)
      – Les instants décisifs (l’échange des alliances, le lancer du bouquet)
      – Les photos d’enfants qui bougent/courent
      – La soirée sans flash jusqu’à 12800 ISO

      Bonne découverte de votre X-T2. En venant d’un reflex que l’on maîtrise ça peut paraitre un peu déconcertant au début (ne pas baisser les bras) mais on s’y fait très vite (surtout avec le X-T2).

  3. Merci pour ce retour sur l’utilisation professionelle de ces boitiers. Ce n’est pas souvent que j’ai l’occasion de tomber sur des sources si précises et si détaillées.
    J’aimerais du coup en profiter pour vous poser une question sur l’utilisation de ces boitiers. Vu l’impressionnante évolution de la gestion du bruit et les 24mpx du x-t2, serait-il vraiment avantagé face au x-t1 pour de l’astrophoto? La difference vaudrait-elle l’écart de prix?
    Merci d’avance pour votre avis

    1. Merci Hugo pour votre passage.
      Je suis bien en peine pour vous répondre précisément car je n’y connais rien en astrophoto (et pourtant j’adore en voir, mais pas le temps de m’y plonger pour le moment). Quels sont les critères pour un boîtier pour de l’astrophoto ? La gestion du bruit ? En la matière, en effet, à 12800 ISO le X-T2 est bluffant, mais est-ce que c’est suffisant pour justifier l’achat d’un X-T2 pour votre utilisation ? Je me garderais bien de vous répondre ! Je vous conseille de demander sur un forum spécialisé ou rejoignez nous sur le forum Fuji-X France sur Facebook. Vous aurez plus de chance d’obtenir un retour d’expérience concret.

  4. Merci pour votre long et riche compte-rendu. Je suis passé au printemps d’un 5d3 au X-pro2 et depuis samedi dernier au X-t2. Quel bonheur ! Il me semble que j’ai un meilleur taux de réussite dans mon travail, c’est à dire que mes images sont plus belles en sortie de boitier qu’avec le 5d3, plus faciles à traiter aussi. Je continue l’exploration du X-t2 en « bouffant » du mode d’emploi…
    Une des choses à laquelle on met du temps à s’habituer en venant d’un gros reflex, c’est qu’un boîtier plus petit, plus léger et moins sophistiqué, peut faire d’aussi belles photos.

    1. Merci pour votre retour Denis.
      Pour avoir eu également un 5D3 pendant quelques années et réalisé plusieurs dizaine de milliers de photo avec, je trouve en effet qu’en sortie de boitier le X-T2 (et le X-T1) envoie du lourd. La tonalité, l’exposition, le piqué sont meilleurs et surtout, la capacité à exploiter la dynamique du capteur en post-traitement apporte un levier créatif essentiel de mon point de vue par rapport à mon travail.
      Après, dire que le X-T2 est moins sophistiqué qu’un reflex, ça dépend de quoi on parle 😉

  5. Merci Pascal pour ce retour d’expérience!
    Comme discuté hier soir au vernissage, j’ai aujourd’hui un 5D4 (concours de circonstance car 5D3 remboursé au prix du neuf par la garantie suite à un problème) qui a bien évolué par rapport à son grand frère mais je souhaite avoir un second boîtier et le mirorless me permettrait de soigner ma tendinite au bras droit après mes voyages successifs de part son poids 🙂
    J’hésite encore entre Fuji et Sony mais j’avoue que le X-T2 m’intéresse pour son rapport qualité/prix (dommage qu’il n’existe pas de bague pour gérer l’AF pour les objectif EF!) donc il faudra aussi investir un minimum sur un ou deux objectifs au départ… Toutes les revues que j’ai lues sont très positives mais j’aimerais tout de même le tester avant donc je vais voir tout ça dans les mois qui viennent…

  6. Bonjour
    Test tres instructif
    Possesseur d un Sony A900 avec 17_35 et 28_70 .Je souhaite un materiel beaucoup moins lourd pour crapahuter dans Les montagnes
    2 freins au switch la difference de taille du
    capteur et pas de stabilisation et d objectif tropicalise dans le meme objectif.

    1. Bonjour Philippe,

      Je ne comprends pas ta crainte concernant la taille de capteur. Le retour d’expérience montre qu’au niveau qualité et dynamique le capteur APS-C de Fuji n’est pas comparable avec un APC-C traditionnel mais plutôt avec un capteur FF.
      Côté stab il y a du pour et du contre d’avoir le système sur le boitier ou sur l’objectif.
      Coté tropicalisation les objos Fuji WR sont bien présents dans la gamme.
      Côté poids, il n’y a pas photo.

      Bref, deux approches différentes, reste à trouver celle qui correspond à chacun. Maintenant, il faut tester pour s’en rendre compte 😉 Je dis juste que le X-T2 est un boitier abouti qui n’a rien a enlever aux poids lourds du marché dans 95% des cas d’utilisation.

  7. Bravo Pascal pour ce retour très complet. Celui-ci m’intéresse d’autant plus que je shoote de temps à autre des mariages avec un D810 et un X-T1. Même si j’arrive à harmoniser quelque peu le rendu, un X-T2 sera le bienvenu et ton analyse me conforte encore plus dans ce choix.

  8. Merci de cette belle comparaison. Je veux d’une part délaisser ma quincaillerie Nikonnienne devenu trop lourde; d’autre part mon choix s’était déjà porté sur Fuji: XT-1 ou 2. Je m’amuse beaucoup avec l’animalier… particulièrement les oiseaux en vol.
    Il ne me reste qu’à confirmer mon budget et acquérir la XT-2 avec la 100- 400.
    Votre article est bien structuré et accessible.

  9. Bonjour Pascal, merci infiniment pour votre article très complet. Je désire passer chez fuji et prendre le Xt-2. Je travaillais avant avec un 5dMiii. Une petite question concernant la prise de photos de paysage (dans les montagnes) Que pensez-vous du résultat avec le xt-2 ? Quel objectif choisirez-vous pour les meilleures résultats ?

    Salutations

    1. Bonjour Wullam,
      Merci beaucoup pour votre message !
      Concernant la photo de paysage, j’utilise un 10-24 f/4 (eq. 16-35) ou un 16-55 f/2.8 (eq. 24×85) et les résultats sont vraiment excellents, les optiques de chez Fuji étant de grande qualité (même le 18-55 f/2.8-4 du kit éclate n’importe quel objectif de kit de chez Canon ou Nikon 😉 ).

  10. Bonjour,

    Merci beaucoup pour cette article bien complet!
    Je suis débutante en photo, mais j’ai envie d’apprendre et de me perfectionner. Je suis (malheureusement) très intransigeante et je pense que le x-t2 se rapproche le plus de ce que je souhaiterais;
    – Une qualité d’image irréprochable (je suis trop maniaque) que j’aimerais le moins possible retoucher.
    – Pouvoir, avec le temps (car c’est bien beau de rêver mais il faut aussi apprendre!), réaliser des photos animalière (surtout des oiseaux).
    – Pouvoir réaliser des macros.
    – J’aime attraper l’instant (ex: quand un cygne se ballade sur le lac et qu’il est à l’emplacement idéal ou dans la position idéal, j’aimerais bien pouvoir le prendre en photo avant qu’il parte. Et encore, je ne joue pas les difficiles dans mon exemple).
    – Et pour finir, pouvoir faire certaines photo quand il commence à faire sombre, ou même nuit si c’est possible.

    Ma seul inquiétude pour ce x-t2 c’est sont poids, surtout si l’autonomie est faible et qu’il faudrait rajouter le Grip pour tenir le coup (+ l’objectif). J’abuse peut être un peu, mais n’ayant jamais eu de reflex c’est dure d’avoir un véritable avis.

    Mais mon véritable frein pour l’achat du x-t2 c’est son prix. Même si c’est quasi un coup de cœur, je n’ai pas le budget.

    Alors après ce petit roman, est-ce que vous pourriez me conseiller et me dire si le x-t1 pourrait déjà répondre suffisamment à mes attentes ? Sachant que j’aimerais éviter de changer d’appareil dans deux (ex: finir par se sentir bridé dans l’apprentissage de la photo).

    Merci beaucoup de m’avoir lu et merci d’avance pour votre réponse!
    Salutations

    1. Bonjour Lauriane,
      Il est vrai que si vous ne connaissez que des appareils Compact et ou des petits Bridges, il est probable que le fait de passer à une système permettant d’utiliser plusieurs objectifs pourra, au final, peser plus lourd. D’autant plus que je comprends que vous voulez aussi faire de l’animalier, ce qui suppose que vous allez peut-être investir dans le fuji 100-400, et là en effet on est loin du 35 f/1.4 mais ce n’est pas spécifique à Fuji. Il n’y a pas de secret, les lois de l’optique sont telles pour le moment que plus on veut une focale longue et lumineuse, plus la taille et le nombre de lentilles composant l’objectif sont importants, et donc plus le poids final s’en ressent ! Pour autant, j’ai pratiqué plusieurs années la photo animalière avec un reflex qui pesait une tonne (Canon 1D Mk II-N) sur lequel j’avais mis un Canon 300 f/4 plus un multiplicateur f/1.4 (pas les moyens de me payer un 500 f/4, un 300 f/2.8 ou un 400 f/2.8 encore plus lourds) … et je peux vous assurer qu’en comparaison, un X-T2 + Grip + 100-400 sera bien moins lourd au final 😉
      En ce qui vous concerne, avez vous essayé de vous orienter plutôt vers le X-T20, moins lourd, moins cher et quasi identique fonctionnellement au X-T2 ? Sinon, bien sur le X-T1 est un très bon boitier, mais personnellement je ne pense pas que son AF soit adapté à la photo animalière en mouvement (oiseaux en vol par exemple). Sur du fixe par contre, aucun soucis.
      Et bienvenue dans la monde de la photo. Pratiquez, pratiquez, pratiquez … testez, essayez, plantez vous, ressayez, amusez-vous … si la volonté et l’envie sont là, vous y arriverez 😉

  11. Bonjour

    Merci pour ce compte-rendu plus que détaille et utile et qui me rassure notamment sur l’AF et la montée en iso.
    Je suis également dans la réflexion de l’achat d’un 2eme boîtier en hybride notamment pour le côté plus léger et discret (peut-être pour commencer le XT20 qui vient de sortir) (j’ai un FF Nikon d600). Une question que je me pose: y a-t-il moyen, si l’on shoote avec les deux boîtiers (ce qui risque de m’arriver en mariage), d’harmoniser le rendu des deux pour qu’il y ait une certaine homogénéité ? (Je shoote en raw bien sûr).

    Un tout grand merci !

    1. Bonjour,
      Merci pour votre retour. Oui, l’AF continue est vraiment enfin devenu excellent, j’ai encore pu le tester récemment.
      Sinon, pour répondre à votre question, je ne suis pas un spécialiste des spécifications matérielles mais sachant que le X-T2 et le X-T20 ont le même capteur et que vous shooter en RAW, je ne vois pas de raison particulière qui vous empêcherait d’avoir un rendu homogène.

  12. Bonjour Pascal,
    Perso, j’ai un avis mitigé sur le système Fujifilm X. Avant, j’étais sur 5DMII et 6D et je suis passé sur XE1, XT1 (revendu) et Xpro2 pour des raisons de poids. Je trouve les zones sombres un peu trop bruitées et pas super propres à mon goût, même en plein jour (ombres par exemple) et avec une expo correcte. C’est moins visible jusqu’à 400iso mais au delà, ç’est moins bon qu’en FF. De plus, au niveau de la colorimétrie, je trouve les XE1 et XT1 plus justes et meilleurs que le Xpro2 (pas grave en RAW). Autre chose : le 18-135 mm monté sur le Xpro2, n’est pas très bon dans les angles à moins de fermer à f11, f16. Il est par contre super sur les autres. De toute façon, à ce jour je ne regrette pas ce switch car les avantages d’un tel système l’emportent largement sur les inconvénients, du moins pour mon usage. Merci. Salutations.
    PS : question perso, vous ne seriez pas chez l’agence ANDIA par hasard ?

    1. Bonjour et merci pour votre message.
      Sincèrement, venant d’un 5D Mk II (je ne connais pas le 6D), je suis plus qu’étonné par votre retour ! Venant pour ma part d’un 5D Mk III j’ai clairement vu la différence, alors sachant qu’il y a une grosse différence entre le Mk II et le Mk III à ce niveau, je reste interloqué.
      Je ne connais pas le X-Pro2 mais pour ma part je n’ai pas à me plaindre du X-T2 sur la plan du rendu colorimétrique. Mon principal test à ce niveau réside dans le respect des tons chairs et je suis toujours autant satisfait qu’avec le X-T1.
      Idem, je ne connais pas le 18-135. J’imagine que la différence que vous notez est due au passage au capteur 24 Mbps qui fait moins de cadeau aux optiques de moins bonne qualité que les petits bijoux que sont le 16 f/1.4, le 56 f/1.2 ou le 90f/2 pour ne citer qu’eux. J’avais fait ce constat à l’époque lorsque j’étais passé au FF (Canon 5D Mk III) avec le Canon 17-40 f/4. Il était devenu très mou sur les bords. Je l’avais donc troqué contre un Tamron 24-70 f/2.8 et le rendu était redevenu très bon. Pour moi, le capteur du X-Pro2 pousse donc le 18-135 dans ses retranchements mais cela n’a rien d’anormal en soi 😉
      Si globalement vous êtes content c’est le principal je dirais; il est vrai qu’il faut s’adapter aux nouveaux systèmes et le X-T2 venant corriger tous les défauts du X-T1 (à mes yeux), j’avoue que j’ai vite oublié les défauts de jeunesse du X-T1 qui restera pour moi néanmoins l’appareil qui m’a fait switcher vers l’hybride et avec lequel j’ai pris beaucoup de plaisir.
      Enfin, pour répondre à votre dernière question, non je ne suis pas chez l’agence ANDIA, mais si vous avez moyen de me mettre en contact avec quelqu’un que vous connaissez chez eux, je suis preneur 😉

  13. Bonjour,
    Oui vous avez raison. Le capteur du Xpro/Xt 2 et ses 24 MP est plus exigeant et il est normal que le zoom 18-135 soit un peu moins bon. Cela reste quand même un excellent objectif et surtout très solide et polyvalent en voyage. Quant à la différence colorimétrique, on dit souvent, même dans une même marque, que les boitiers les plus « pro » ont tendance à avoir un rendu « moins flatteur » par rapport aux boitiers considérés « plus amateurs » (rendu plus flashy). Cela est peut- être le cas avec la série XE, je ne sais pas. Par rapport au rendu et respect des « tons chair », je ne suis pas surpris que vous soyez satisfait du système Fuji car la marque est désormais beaucoup plus utilisée qu’on le pense par les photographes de mariage et les photo- journalistes (mois pour les paysage pour lesquels les « petits » Sony hybride FF font un tabac). Voir le site shotkit.com. Avec l’arrivée du GFX 50s, le marché devrait encore s’élargir pour Fuji (studio, mode et pourquoi pas paysages).
    Merci pour votre site et pour toutes vos infos.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *