Photo émotion

La photographie a ceci d’extraordinaire qu’elle permet parfois de vous transporter instantanément au moment précis où vous l’avez prise, un peu comme une musique de film réussie d’un bon film.

Ce soir je regardais une série de photo d’Inde réalisées par Agnès Cassière, dont j’ai découvert le travail sur DarQroom (là même où j’héberge mes photos), et qui a ramené de son voyage en février une série de photo pleine de vie, dont celle-ci que j’apprécie tout particulièrement.

Pour le coup, je me suis laissé complètement happer par ses photos et je me suis progressivement ressenti retourner en Inde, pays incroyable s’il en est, plein de couleurs, de générosité (la vraie, celle d’offrir ne serait-ce qu’un sourire), de culte religieux, et qui n’a pas laissé indifférent l’occidental que je suis et qui a débarqué à 2h du mat à Mumbaï, ville en perpétuelle construction, un soir d’octobre 2010 pour raison professionnelle pour 1 semaine. J’ai eu la chance d’être accueilli par un collègue européen qui y vivait depuis plusieurs années et qui m’a donné très rapidement les clés pour commencer à comprendre la culture indienne.

Car il faut bien se l’avouer, ma première (et unique pour le moment) visite en Inde a fait l’effet sur moi d’un double effet kiss-cool ! Le premier effet arrive très vite : dans le taxi qui m’emmène de l’aéroport à mon hotel 5 étoiles (pas le choix, imposé par la société) c’est le choc de voir des gamins de 8 ans se doucher sous un arrosoir sur un trottoir à 3h du matin, tout près de la bâche tendue qui leur sert d’abri … c’est la traversée quotidienne du bidonville, qu’on ne peut imaginer tellement il faut le voir pour le croire … c’est la circulation complètement erratique, klaxonnante et zigzaguante de partout (il faut être fou pour conduire en tant que européen en Inde !) … dépaysement garanti !

Et puis arrive rapidement le deuxième effet kiss cool : le sourire des gens, partout, la vie qui émerge du bidonville qui grouille d’activité, chacun devant gagner les quelques roupies quotidiennes pour manger, leur philosophie de vie qui les font se réveiller heureux d’être simplement en vie et actant au quotidien pour que leur prochaine réincarnation soit meilleure … une véritable leçon de vie !

Je ne peux donc résister à la tentation de partager quelques rares photos faites sur place avec mon compact, rares car les journées étaient bien chargée côté travail et j’ai surtout pu en profiter le vendredi après-midi avant de reprendre l’avion le soir.

L’histoire de cette photo m’a bouleversé personnellement. Arrivés sur une plage de Mumbaï, un petit groupe de 4 « touristes » occidentaux fait tâche dans le paysage et se voit comme le nez au milieu de la figure, attirant mendiants et vendeurs ambulants. Après avoir fait un tour sur la plage, au moment de reprendre notre voiture avec chauffeur, cette femme est venue vers moi, insistante mais souriante, afin que je lui donne une pièce. Trouvant que son visage était particulièrement expressif, je lui propose de faire un portrait d’elle en l’échange d’une pièce, me disant que c’était ma foi un bon accord. Elle me fait alors son plus beau sourire et je prends ma photo; je lui donne les quelques pièces qui me restaient au fond de ma poche, n’en ayant plus l’utilité, puis elle repart tandis que je rejoins notre voiture car il est temps d’aller diner.

Le Sourire
Le Sourire

Au moment ou le chauffeur met le contact, j’entends tapoter au carreau. Je tourne la tête et voit la femme me remercier tant et plus, à plusieurs reprises, les mains croisées en inclinant le buste. Mon hôte me demande alors combien je lui ai donné; « 120 roupies » je lui réponds, « c’est ce qu’il me restait en poche ». Il me répond alors « et bien tu lui as donné l’équivalent d’un mois de mendicité » .. soit 2 euros de l’époque … « ce soir ça va être la fête chez elle ! » conclue-t-il.

J’avoue avoir ressenti un sentiment contrasté, mélange de plaisir d’avoir fait plaisir, mais « matérialisant » du même coup la dureté de sa condition de vie … J’avoue que je n’ai jamais oublié son visage et je suis bien heureux de pouvoir vous montrer son sourire et son regard; même s’il a été monnayé je n’ai pas le sentiment qu’il ait été forcé, je le trouve même généreux, et si je l’ai aidée un peu et bien tant mieux !

Quant à moi, le jour ou je suis rentré en France il y avait une grève SNCF … mon TGV pour rentrer sur Nantes avait été supprimé et pour la 1ère fois de ma vie je prenais cette nouvelle avec le sourire et détachement; je monterai dans le suivant …

Voici d’autres photos faites le plus souvent sur l’instant.

Trois générations
Trois générations
En mobylette
En mobylette

Il est classique de voir jusqu’à 4 ou 5 personnes sur une moto. Bien que moi-même motard je ne m’y risquerais pas 😉

Hôtesse du temple
Hôtesse du temple

Je trouve son geste de la main plein de féminité

Sur la plage
Sur la plage

Après le travail, les familles viennent passer un moment sur la plage. Jetez un oeil au manège pour enfant … ingénieux !

Merci à Agnès de m’avoir fait re-voyager à travers ses photos et incité par la même occasion à me replonger dans les miennes 😉

 

Publié par

Pascal Bénard

Pascal Bénard

Venu à la photo au travers de la Nature (animalier, macro, paysage) je découvre au fil du temps le portrait, l'architecture, le reportage et la street. Amoureux de Venise et des lieux où il règne une atmosphère chargée d'Histoire, je suis également attiré par les lumières des villes modernes, comme New York. Après plusieurs expériences réussies dans les domaines du Corporate et du Mariage, je franchis le cap et me lance en tant que Pro en mai 2014. J'ai créé ce blog afin de partager mes retours expériences, mes coups de coeur et mon travail.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *