1 mois avec le Tamron SP 150-600mm f/5-6.3 Di VC USD

J’en ai déjà parlé à plusieurs reprises, venant de l’animalier mon intérêt pour un « grand blanc » de chez Canon n’est pas nouveau. Initialement intéressé par le 500 f/4, l’arrivée du 200-400 f/4 x1.4 n’a fait que relancer en moi le processus de reflexion, impressionné que j’ai été par sa qualité optique et l’efficacité de la stab, lors des 10mn où j’ai eu la chance de l’avoir en main lors du Salon de la Photo 2013.

A cette époque Tamron avait fait parvenir sur leur stand un prototype mais impossibilité de le prendre en main, tout cadenassé dans sa vitrine qu’il était. C’est en début d’année que le Tamster (contraction de Tamron et Monster) a réellement fait parler de lui car, c’est assez rare pour le noter, il est sorti un peu en avance par rapport au planning initial; ensuite, les premiers tests ont montré une qualité optique excellente, avec un rapport qualité/prix largement en sa faveur. Pensez-donc ! Annoncé à 1399€ TTC prix public, on est bien loin des 8500 TTC du Canon 500 f/4 ou des 12999€ TTC du Canon 200-400 f/4 x1.4, sachant qu’en plus de cela Canon a profité du renouvellement (principalement afin de répondre aux besoins des capteurs FF) de toutes ses optiques haut de gamme (série L) pour augmenter de 25 à 30% leur prix ! Ainsi, pour un 500 f/4 qu’on trouvait à 6600€ TTC en 2011, il faut désormais débourser 8800€ pour la version II; et le 600 f/4 version I qui était à 8700€ est désormais à 11.400€ … même si dans les faits on peut trouver moins cher, ça calme quand même !

Bref, l’arrivée du Tamron est donc un évènement pour tous les fans d’animalier car en plus d’aller taper dans les 600mm il offre également un range (150-600mm) intéressant, utile dans bien des cas (même en animalier) ! Reflexions faites, la raison a fait que j’ai considéré que dans mon cas personnel, et pour le moment tout du moins, s’eut été « douloureux » de partir sur un objectif à plus 8000€. Non pas que je n’aurais pas assumé la dépense mais je crois que j’aurais surtout regretté d’avoir un si bel objet et de ne pas pourvoir m’en servir aussi souvent que je le souhaiterais. Partie remise ? L’avenir le dira 😉

En attendant, j’avais envie d’en avoir le coeur net sur les possibilités réelles de ce Tamron 150-600 ! Restait plus qu’à le trouver avant de partir en vacances afin d’avoir tout le loisir de shooter avec, notamment à la Réserve Ornithologique du Teich où j’allais passer. Or, il faut bien avouer qu’en ce début de mois de Juin le bébé ne court pas les vitrines ! Renseignement pris auprès de différents forums, il s’avère qu’il n’est disponible qu’au compte-goutte dans certains magasins, avec plusieurs semaines d’attente … Indisponible sur Amazon … le cas est « grave » mais pas désespéré car, en jetant un oeil sur e-Bay je trouve trois exemplaires disponibles en Allemagne dans un magasin qui a pignon sur rue, à 1199€ pièce. Bingo ! Payment via Paypal, +22€ de frais de transport, et 4 jours après je recevais le Tamster.

Ici, pas de valise antichoc, juste le nécessaire bien emballé mais c’est l’essentiel. Comme on a pu le lire ici ou là la première impression est que la qualité de fabrication est au niveau. Il est bien loin le temps où Tamron était un acteur « low cost » proposant des produits à la qualité optique moyenne et à la finition discutable; mais ça je le sais déjà depuis que j’utilise avec bonheur un Tamron SP 24-70 mm f/2,8 Di VC USD. Avec le 150-600 on sent d’emblée qu’on a entre les mains un produit sérieux. Il pèse son poids (1,951Kg) mais il reste encore maniable à main levée dès lors qu’on a déjà l’habitude d’utiliser un téléobjectif. La stabilisation est inaudible, à moins de coller l’oreille dessus, bien moins bruyante que sur mon Canon 300 f/4 IS. La lentille de 95mm est … juste impressionnante, et les matériaux utilisés donnent une sensation de solidité de l’ensemble. Reste plus qu’à le tester en conditions réelles.

C’est donc à la Réserve Ornithologique du Teich (mon lieu de prédilection pour la photo d’oiseaux) que j’ai fait mes premiers pas avec le Tamster, monté sur mon Canon 5D Mk III. Puis au zoo de la Palmyre, près de Royan où j’étais de passage, puis au Portugal. Dans 90% des cas j’étais à 600mm et à f/8 afin d’être dans les conditions réalistes pour de l’animalier. J’avoue qu’avant de tester j’étais un peu inquiet de voir comment ça se passerait en fermant autant avec une telle focale, mais j’ai été vite rassuré car d’une part le 5D Mk III monte très bien dans les ISO et d’autre part la stab est vraiment très efficace et permet de gagner facilement au moins 2 stops. En d’autres termes, avec une belle lumière d’été aucun soucis à se faire; et même lorsqu’il pleut ou que la lumière est moyenne, si on dispose d’un boitier récent c’est tout à fait jouable. Ca, c’est fait. 😉

J’ai commencé mes tests avec des photo statiques, afin de vérifier la qualité du piqué. La série suivante montre des alternatives entre une photo originale (sans accentuation ni atténuation du bruit) et un crop effectué à 100%. Le crop est réalisé via une copie d’écran issue de Lightroom avec un rapport 1:1 puis enregistrée au format Jpeg sans compression. Le crop indique en haut à gauche les conditions de prise de vue.

Echasse Blanche
Echasse Blanche
Echasse Blanche (Crop 100%)
Echasse Blanche (Crop 100%)
Flamand Rose
Flamand Rose
Flamand Rose (Crop 100%)
Flamand Rose (Crop 100%)
Autruche
Autruche
Autruche (Crop 100%)
Autruche (Crop 100%)
Gorille des plaines de l'Ouest
Gorille des plaines de l’Ouest
Gorille des plaines de l'Ouest (Crop 100%)
Gorille des plaines de l’Ouest (Crop 100%)
Otarie
Otarie
Otarie (Crop 100%)
Otarie (Crop 100%)
Manchot du Cap
Manchot du Cap
Manchot du Cap (Crop 100%)
Manchot du Cap (Crop 100%)
Lion
Lion
Lion (Crop 100%)
Lion (Crop 100%)

Comme vous pouvez le constater, les images parlent d’elles-mêmes. La qualité optique est clairement au rendez-vous. L’image est contrastée, les détails sont présents, les micro-contrastes bien marqués. Dans Lightroom le profil de l’objectif permet automatiquement de corriger le très léger vignettage qui peut apparaître parfois. Bref, même si un grand blanc de chez Canon fait au moins aussi bien, selon moi rien ne justifie à ce niveau la différence de prix; la raison doit donc être ailleurs ! 😉

Passons  maintenant à quelques photos en vol, car le suivi de l’AF est pour moi un point clé.

Aigrette Blanche
Aigrette Blanche
Aigrette Blanche (Crop 100%)
Aigrette Blanche (Crop 100%)
Mouette à Tête Noire
Mouette à Tête Noire
Mouette à Tête Noire (Crop 100%)
Mouette à Tête Noire (Crop 100%)

Là encore je trouve que le résultat est globalement très bon. L’AF est très rapide sans être à mon sens complètement au niveau d’un grand blanc. Pour autant, je pense pour ma part devoir refaire des tests avec d’autres réglages de l’AF sur le 5D Mk III car toutes mes photos ont été volontairement faites en mode AF 1 (réglage polyvalent et versatile) et avec 1 seul collimateur, ce qui est la configuration la plus difficile (la moins adaptée), en effet, pour ce genre de photo il faut normalement basculer sur le mode AF 5 (pour sujets imprévisibles bougeant dans tous les sens) ou 6 (pour les sujets changeant de vitesse et imprévisibles) avec 9 collimateurs (le central plus extension de 8 autres autour). Résultat : il y a davantage de déchet mais lorsque ça accroche ça marche très bien. Autre différence notoire par rapport à un grand blanc, la stabilisation. Celle du Tamron ne dispose pas d’un mode « filé », contrairement aux modèles Canon pré-cités, et donc est théoriquement (je n’ai pas pu le vérifier) moins efficace pour les suivis en vol ou les photos de sports mécaniques en bord de piste. Si j’ai l’occasion de faire des photos de ce type prochainement je ne manquerai pas de mettre cet article à jour.

Un point positif supplémentaire du Tamron : son range allant de 150 à 600mm lui permet notamment de faire certaines photos (même en animalier) sans changer d’objectif mais également de faire du paysage voire même du portrait.

Lama de Ouriço, Portugal
Lama de Ouriço, Portugal (150 mm, f/8)
Alvarelhos, Portugal
Alvarelhos, Portugal (150mm, f/8)
Sylvie
Sylvie (428mm, f/8)
Sylvie (Crop 100%)
Sylvie (Crop 100%)

En 1ère conclusion, mon sentiment réel est que pour 1200€ le contrat est largement rempli pour ce très bel objectif et qu’on en a pour son argent sans pour autant faire des concessions sur la qualité. Certes, les analyses DxO et Cie montrent qu’on est un cran en dessous d’un grand blanc mais je serai tenté de dire « heureusement vu le prix ! » En attendant, disposer d’un range de focale avec une telle qualité et à un tel prix constitue pour moi une petite révolution dans le monde de la photographie animalière. Reste à voir maintenant ce qu’il donne avec le futur Canon 7D Mk II (qui nous donnerait un 225-900mm éq. 24×36) et son tout nouveau capteur qui devrait sortir début septembre. Si les résultats sont aussi bons qu’avec le 5D Mk III alors la petite révolution risque fort de se transformer en gros carton pour Tamron et ca n’en serait que mérité pour cette société qui a su avec le temps se remettre en cause et nous proposer de la qualité à une prix abordable.

Publié par

Pascal Bénard

Pascal Bénard

Venu à la photo au travers de la Nature (animalier, macro, paysage) je découvre au fil du temps le portrait, l'architecture, le reportage et la street. Amoureux de Venise et des lieux où il règne une atmosphère chargée d'Histoire, je suis également attiré par les lumières des villes modernes, comme New York. Après plusieurs expériences réussies dans les domaines du Corporate et du Mariage, je franchis le cap et me lance en tant que Pro en mai 2014. J'ai créé ce blog afin de partager mes retours expériences, mes coups de coeur et mon travail.

24 réflexions au sujet de « 1 mois avec le Tamron SP 150-600mm f/5-6.3 Di VC USD »

  1. Merci à toi Pascal pour ce prêt de cet optique qui sort pour le moins de l’ordinaire.
    Désolé pour le délai de mon commentaire…

    Alors qu’est ce que je pense de ce Tamster….
    Globalement du très positif.
    Je pense que c’est un must have pour tout photographe (non pro) qui fait de temps à autre des photos sportives, animalières, voir des photos de portraits « volés » en profitant de la très longue focale.
    Le range de focale est vraiment interessant et c’est la première fois (sur FF) que je me suis retrouvé à me dire: mince je suis trop long, c’est clair que 600mm cela rapproche.

    La plage d’ouverture n’est pas celle des grands blancs (mais le prix non plus) mais pour moi ce n’est pas un défaut rédhibitoire à la condition de disposer d’un boitier moderne qui monte dans les ISO pour pouvoir compenser: de toutes les manières je n’en vois pas l’usage au fin fond d’une église sombre.

    Couplé à mon 5D Mk III, je n’ai pas eu de souci particulier avec l’AF sauf à 600mm mais il faut dire que les voitures de course que j’ai été photographié à Magny Cours arrivaient de façe à plus de 250 km/h…
    J’ai également eu des soucis pour réaliser des filés (alors que j’y arrivais sans soucis avec le 100-400 de Canon) mais je n’ai pas essayé en désactivant la stab.

    En résumé, pour un premier test, ça m’a beaucoup plu, je suis prêt quand tu veux pour te l’emprunter à nouveau pour faire un nouvel essai pour arriver à faire un filé ou pour l’essayer dans un parc animalier où la grande focale doit faire des miracles.

    Voic un petit essai photo:
    http://500px.com/photo/82743125/racing-time-by-yves-lambert

    Yves

    1. Salut Yves,

      Merci pour ce retour attendu. Aucun soucis pour le délai il n’y avait pas d’urgence 😉

      En tous les cas ton retour d’expérience confirme mon sentiment général que tu résumes parfaitement dès le début : « Je pense que c’est un must have pour tout photographe (non pro) qui fait de temps à autre des photos sportives, animalières, voir des photos de portraits « volés » en profitant de la très longue focale ». C’est la raison pour laquelle je suis parti dessus et non sur un grand blanc (il m’arrive d’être raisonnable 😉 ).

      Tu confirmes également qu’il me (nous) faut poursuivre les tests de manière approfondie pour identifier clairement ses limites. Pour le test dans un parc animalier, comme tu as pu le voir j’ai testé et c’est, sans surprise, excellent mais les conditions de prise de vue sont très confortables comparées à celles au bord d’un circuit 😉 Je pensais plutôt à retourner ensemble sur un circuit ou à un meeting aérien 😉 Sinon l’un des tests à venir (j’espère d’ici la fin de l’année) sera de voir ce qu’il donnera sur le Canon 7D Mk II.

      A très vite.

      Pascal

  2. je suis debutant dans la photo animaliere (6mois de pratique) je dispose d’un boitier nikon d7100 et du tamron 150/600.
    au vu de mes photos,je commencais a me poser des questions sur cet objectif.en effet sur mes photos le piqué est bien moyen.j’ai rencontré d’autres photographes qui ont tous dénigré cet objectif,pour eux,seule la focale fixe est digne d’interet.Apres ce que je viens de voir sur les photos realisées lors de ce test,j’en conclus que le problème viens de moi.
    J’aimerais avoir votre avis.
    D’avance merci

    1. Bonjour Pascal,

      Il y a en effet les puristes qui ne jurent que par les focales fixes (mêmes si fonctionnellement un zoom est souvent agréable en animalier) et, en effet, on a jamais vu un zoom meilleur qu’une focale fixe (si ce n’est que lorsque j’ai essayé le Canon 200-400 x1.4 je suis tombé sur le cul, mais bon à 12000€ prix public la bête, ça fait quand même réfléchir). La question ici, c’est « quel objectif est-il raisonnable d’acheter pour faire de la photo animalière ? » Car vous conviendrez qu’entre un objectif à 1000€ et un autre à 8000€ minimum (on en voit peu d’occasion), ce n’est pas fait pour les mêmes utilisations. Le budget mis à part, tout est là : si vous êtes un passionné de photo animalière et que vous en faites toutes les semaines ou presque la question peut en effet se poser. Autrement, je pense que ce n’est ni raisonnable (mais rien n’empêche aussi de se faire plaisir) ni justifié.

      Pour répondre à votre question sur des aspects plus techniques, il faut déjà bien comprendre qu’une longue focale prend un peu de temps à se maitriser (notamment sur des oiseaux en vol par exemple), que ce soit un zoom ou bien une focale fixe. Ensuite il faut prendre en compte le couple boitier / objectif (notamment pour savoir jusqu’où il est possible de monter dans les ISO et pour connaître les limites de l’AF), puis bien connaître « la zone de confort » de l’objectif.

      Ainsi, dans mon cas je travaille avec un Canon 7D Mk II (10 img/sec + AF très réactif) puis j’utilise le Tamron 150-600 à f/8 et jusqu’à 500mm (800mm eq. 24×36) – 1/1250s maxi lorsque le sujet est mobile (oiseau en vol), jusqu’à 600mm (960mm eq. 24×36) – 1/1000s maxi lorsque le sujet est fixe. La qualité de la lumière est donc un point important à considérer. Ainsi, la vraie différence entre un objectif fixe haut de gamme à 8000€ et le Tamron 150-600mm réside dans le fait que ce dernier ne dispose pas de mode de stabilisation pour les filés (uniquement pour les sujets fixes), ce qui fait que pour avoir une photo réussie sur un sujet en vol il y a plus de déchets (mais qui dans mon cas sont compensés en partie grâce à l’AF très véloce et à la rafale « fulgurante » du Canon 7D Mk II). Sur un sujet fixe, en effet je pense que les photos présentées plus haut parlent d’elles-même.

      Tout ça pour vous dire que Oui, il est possible d’obtenir de beaux clichés à un rapport qualité / prix sans équivalent avec le Tamron 150-600 mais il faut que plusieurs conditions soient réunies. Je prépare un prochain billet sur le sujet après avoir eu récemment l’occasion de faire des tests plus poussés. Stay tuned 😉

  3. Bonjour j’ai acheter ce tamron pour completer mon canon 70/200 F4 is usm que j’utilise sur un 6D . Alors pour les sujet fixe j’adore le tamron car il a un tres bon piqué et bokeh , je l’ai tester sur du karting a toute focale et la c’est toujours super , pour les filé c’est sans IS si non c’est flou avec l’IS . Cette apres midi j’ai tester sur des vautours au rocher du caire et la c’est la catastrophe que des photos flou alors que le 6D et 70/200 c’est top . Bon j’étais a 600mm et a une vitesse entre 1/500 et 1/640 donc peut etre que c’est le probleme et de plus a main levé . si vous avez une idée ou conseil je suis preneur car même en réglant l’af dans le menu du 6D j’ai rien eu de bon . Voila mon petit retour sur ce tres bon tamron . Merci a vous Pacal Bénard pour votre retour d’experience c’est super .

    1. Bonjour Frédéric et merci pour votre retour.
      Votre désactivation de l’IS pour faire des filé est une option intéressante car, comme je l’ai indiqué dans ce billet ce n’est pas impossible avec un 7D Mk II mais il y a pas mal de déchets néanmoins. Je testerai donc sans IS une prochaine fois. Concernant le problème des photos floues lors de votre sortie, je pense en effet qu’il ne faut pas hésiter à shooter au 1/1000s pour prendre un peu de marge. Bien sur, le suivi à main levée avec une telle focale nécessite également un peu de pratique et de maîtrise.
      Concernant l’AF, je ne sais pas ce que propose l’AF du 6D mais sur le 7D Mk II je travaille en mode 4 (sensibilité du suivi : 0 – Suivi accélération / ralenti : 1 – Changement auto collimateur AF : 0) pour shooter des oiseaux en vol. Autre point, je sélectionne une zone AF relativement large (9 collimateurs voire davantage) pour faciliter le suivi AF.
      Bref, ne vous décourager pas, pratiquez, testez, encore et encore, et vous arriverez à l’exploiter, ce qui revient à connaître ses forces et ses faiblesses 😉

  4. Merci beaucoup pour votre retour , pour l’af du 6D c’est moins bon que le 7D2 , on va dire que le 6D est un 5D2 amélioré 🙂 J’ai toujours shooté avec seulement le collimateur central donc faudrait que je test avec tous les collimateur pour shooter des oiseaux en vol ( sur le 6D on a pas le choix sois un seul collimateur ou tous ) merci des conseils et bonnes photos a vous avec ce tamron 🙂

  5. Pour info Tamron propose une mise a jour du 150/600 gratuitement a fin de pouvoir utiliser l’is même sur sujet qui bouge , c’est cool .Reste plus cas envoyer l’objectif en passant par un revendeur 🙂

  6. Ah merci beaucoup pour cette info Frédéric, je viens d’écrire au SAV pour procéder à cette mise à jour. Je ferai un petit retour sur le SAV Tamron et évidemment sur cette mise à jour fin juillet je pense, après l’avoir testée à la Réserve Ornithologique du Teich sur des oiseaux en vol 😉

  7. Bonjour, sauriez-vous me dire s’il est judicieux que j’investisse dans un tel objectif pour l’utiliser sur un Canon 450D, sachant que je vais l’utiliser un peu pour tout mais en particulier pour des matches de rugby?
    Merci et meilleurs vœux pour 2016.

    1. Bonjour Kris.
      A première vue ça me parait disproportionné pour deux raisons :

    2. Le 450D est un petit boitier et il risque d’être un peu perdu face au 150-160 dans le sens ou la prise en main d’un tel objectif est toute même plus confortable et l’équilibre mieux géré avec un boitier plus imposant, tels que ceux des séries 7D, 5D ou 1D
    3. Même si le range 150-600 offre une belle amplitude, je me rapprocherais plutôt d’une focale type 100-400 voire 70-200 avec, éventuellement, un multiplicateur x1.4.
    4. Attention pour autant, je ne dis pas que le 150-600 ne convient pas, mais jusque ça risque d’être plus compliqué à gérer, tout dépend de votre maitrise d’un grande focale. A titre personnel, je me suis fait la main quelques années sur du 300f/4 + x1.4 avant de passer au 150-600 et ça m’a bien servi car entre cadrer un sujet en déplacement à 400mm ou à 600mm il y a une différence notable. De plus, à 500 ou 600mm le 150-600m ouvre à f/6.3, ce qui nécessite d’avoir une belle lumière ou de monter dans les ISO afin d’assurer un temps de pose maximal de 1/800s (attention crop factor de 1.6 !).

      Le mieux évidemment, serait que vous puissiez tester afin de vous rendre compte avant d’acheter.

  8. Bonjour Pascal,
    tout d’abord merci pour le partage d’expérience c’est très intéressant pour les amateurs comme moi. J’utilise actuellement un canon 7D avec un 100/400 et je voulais savoir si je trouverais une réelle différence pour des photos animalières.
    Merci

    1. Bonjour Eddie,
      En termes de qualité optique le Canon 100-400 est plutôt bon, même si je n’aime pas le système à pompe pour zoomer ou dézoomer (je parle de l’ancienne version car sinon je ne connais pas la nouvelle qui est sortie récemment). C’est l’objectif idéal pour commencer à faire de la photo animalière je dirais, surtout si on fait de la billebaude plutôt que de l’affût. Le passage au 150-600 permet de faire un gain de focale non négligeable (surtout sur un capteur APS-C) et donc d’aller chercher des sujets plus loin, tout en restant transportable. Si l’on considère juste l’aspect optique, sur des sujets fixes le Tamron est vraiment très bon je trouve, le piqué étant bien marqué. Sur des sujets en mouvement c’est davantage la maîtrise d’une telle focale et l’AF du boitier qui permettront d’avoir de bons résultats.
      Donc pour répondre à la question initiale, je pense que le passage au Tamron 150-600 peut apporter un plus certain (non négligeable) lorsque l’on vient d’un Canon 100-400 mais il ne faut pas non plus s’attendre à une révolution : le mieux serait de pouvoir le tester pour pouvoir juger l’apport par rapport à vos attentes personnelles.

      1. Bonjour,

        Pensez vous qu’il y a une grand différence de qualité entre le Canon 300 F4 + ext 1,4 et ce tamron vous qui avait possedé les deux qu’en dites vous ?

        Cdl, Agréable journée à vous.

        1. Bonjour Quentin,
          Justement non ! Ce qui est assez impressionnant sur ce Tamron c’est qu’optiquement parlant il est vraiment excellent pour un objectif dans cette gamme de prix et pour un zoom. La différence, comme je l’explique dans cet article et dans les commentaires, tiens plus à la complexité d’utilisation due à la différence de focale maximale (600mm vs 420mm) et au fait que ce soit un zoom vs une focale fixe. La stabilisation ayant été améliorée (ajout de la stabilisation horizontale) lors de la mise à jour du firmware ce n’est plus un point de différence avec le 300 f/4, même si elle reste un cran en dessous de celle d’un grand blanc (type 200-400, 300 f/2.8, 400 f/2.8 ou 500 f/4). Par contre, l’avantage du zoom est clairement dans la diversité d’utilisation. Pour faire court et être clair, je ne regrette absolument pas d’être passé au Tamron 150-600 même si je me suis beaucoup amusé avec le Canon 300 + TC x1.4.

  9. Bonjour,

    Je viens de lire avec intérêt votre test et votre avis sur ce très bel objectif.
    La version 2 va bientôt sortir, est-il pertinent d’acheter la version 1, sachant que cette ancienne version est passée sous les 1000 €.

    Merci par avance.

    Martial.

  10. Bonjour Martial,

    Je ne pense pas personnellement que les évolutions seront telles que le choix sera évident entre la 1ère Génération (G1) et la G2, même si les améliorations annoncées seront surement les bienvenues.

    Ne connaissant pas encore le prix auquel le G2 sera positionné, il m’est donc difficile de répondre à votre question mais je pense que si l’écart de prix est supérieur à 30% il sera intéressant de considérer un G1 en « déstockage ».

    Le seul point à considérer est la taille de votre capteur : jusqu’à 22 MP la différence entre le G1 et le G2 ne devrait pas être sensible. Au delà, il faudra attendre les tests pour vérifier si elle l’est ou pas. En ce qui me concerne, je ne vois pas actuellement de raison évidente de remplacer mon G1 par le G2.

  11. Bonjour Pascal,

    Je pense me mettre à l’animalier, mais de façon occasionnelle.
    J’ai un 6D avec le 70-300 L IS USM Canon.
    300mm, c’est un poil juste.
    Par contre, à 72 ans (et plus de 50 ans de photos), je redoute la fatigue avec le 6D+ un 150-600 accroché au cou (ou à l’épaule) toute la journée.
    J’ai fait un rapide test avec le Sony RX10 MKIII samedi. Range de 24 à 600 mm, ouverture 2,4-4. 1,1 kg.
    Les résultats sont étonnants. Le piqué à 600mm f4 est impressionnant.
    Alors, je m’interroge : pourquoi pas cet appareil bridge polyvalent au lieu de la pesante solution 6D+150-600 ???
    Qu’en pensez-vous ?
    Merci pour votre avis.
    Bien cordialement.

    1. Bonjour Christian,

      Oui, je confirme, 300mm sur un FF c’est trop juste pour faire de l’animalier sérieusement, sauf à fait de l’ambiance (animal dans son décors mais pas de plan rapproché).

      Par rapport au poids de l’équipement de votre contrainte liée à votre volonté tout à fait légitime de vous économiser physiquement, j’ai résolu le problème depuis quelques temps déjà (mais je regrette de ne pas l’avoir fait avant) : j’ai acheté un harnais Money Maker de chez Hold Fast Gear; pas donné (il existe des modèles moins chers ailleurs) mais réellement c’est le meilleur achat que j’ai fait en photo depuis des années ! Il me permet de porter toute une journée sur un mariage deux boîtiers plus objo sans avoir mal au cervicales ni au dos. Et pour l’animalier, j’y accroche le Canon 7D Mk II + Tamron 150-600 et je suis paré pour la bllebaude !

      Sinon, l’option de partir sur un modèle bridge tel que celui évoqué est tout aussi envisageable évidemment ! Si le maniement et le résultat obtenu avec vous satisfont, ma foi, il n’y a rien à en redire. Le seul point que je vois de gênant, c’est les deux secondes de mise en route … en animalier ça peut faire la différence, croyez moi, car la réactivité est essentielle parfois !

      Pour ma part, bien que j’ai switché pour du Fuji X-T1 puis X-T2, je garde pour l’instant le couple 7D Mk II / Tamron 150-600 pour l’animalier et ce grâce à mon harnais 😉

  12. Bonsoir Pascal,
    Merci pour votre réponse pertinente.
    En plus du 6D, j’ai aussi (toujours pour des raisons de poids) un Olympus EM1 + 12-40 f 2,8 pro et 40-150 f 2,8 pro.
    Les résultats sont excellents, sans tout à fait égaler le 6D.
    L’EM1 plafonne à 3200/6400 ISO maxi en RAW.
    Le 6D tient les 6400 voire les 12800 ISO en RAW sans aucun problème.
    Par curiosité, j’ai essayé cet après-midi un Lumix 100-300 4-5,6 (équivalent200-600) sur l’EM1.
    Résultats OK entre 5,6 et 8.
    Prix 500 euros.
    Je pense tenir ma solution…
    Encore merci.
    Bon week-end.
    Bien cordialement.

  13. Bonjour
    Je possède un canon 30D déjà un peu vieillot par rapport au 6 et 7D, j’utilise un 75/300 bas de gamme pour photographier les passereaux, et le 150/600 de TAMRON me tente bien, car les photos d’oiseaux que j’ai eu le plaisir de faire avec le 75/300 sont « assez acceptables » pourvus que l’on ne les agrandissent pas trop. Ma question est de savoir si mon boitier 30D est compatible avec le 150/600 de TAMRON.
    Cordialement

  14. bonjour,

    quel mode utilisez-vous pour des oiseaux en vol

    je possède un 5d mark iii + tamron 150/600

    peuton faire de l’animalier avec ce tandem

    merci

    philippe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *